dimanche 18 février 2018

Ier dimanche du Carême (B)

Lomingo la Yambo la Karezimo
***************
Lokola Kristu andimaki masenginya ma zabolo te,  biso mpe tosengeli kobunda na mango. Kasi bobele na nguya ya Elimo Santu tokoki kolonga etumba eye ya mokolo na mokolo.
Litangi lya yambo: Liloba lya Nzambe lokola likomami o buku ya Libandela ( 9, 8-15)
Litangi lya Ibale: Mokanda mwa yambo mwa santu Petro ( 3,18-22)
Nsango Elamu lokola santu Marko akomi (1,12-15)
Awa Yezu awuti kokula batisimo, Elimo atindi ye o eliki. Aumeli o eliki mikolo ntuku inei. Satana ayei kosenginya ye. Azalaki o kati ya nyama ya zamba, mpe banzelu bazalaki kosalela ye. Ntango basilisaki kokanga Yoane o boloko, Yezu akomi o Galilea. Asangeli nsango Elamu ya Nzambe  alobi: " Elaka ekoki: Bokonzi bwa Nzambe bokomi penepene; bobongola mitema mpe boyamba Nsango Elamu."
Lokumu na yo - Kristu.

samedi 17 février 2018

Le grand séminaire St Cyprien de Kikwit rénové !

Et qui avait dit que nous n’avions pas le sens du beau et du travail bien fait! Voici les photos du grand séminaire St Cyprien de Kikwit retapé   et rénové, " Salem" dans sa nouvelle robe.  Ce grand séminaire de théologie forme les grands séminaristes de nos 5 diocèses de la province ecclésiastique de Bandundu ( Idiofa, Inongo, Kenge, Kikwit et Popokabaka).  

Les travaux de la réfection  sont terminés  et  notre séminaire a une chapelle digne de ce nom.  C’est l’occasion de présenter ici toutes nos félicitations à l’abbé recteur Charles Ndaka, affectueusement appelé abbé Carlos, à l’abbé Patrick Novele, prêtre de Kikwit et fils de la maison ainsi qu’à toute l’équipe sacerdotale. Nous sommes très fiers d’eux.














Longonya à  l'abbé Carlos Ndaka et à toute l'équipe.
Salem, ta beauté extérieure attire; que ta beauté intérieure captive!
Nous prions pour vous!

vendredi 16 février 2018

L'abbé Jose Monsengwo a dit la messe pour sa grande sœur décédée

J’attends la résurrection des morts,
et la vie du monde à venir.
*********

L'abbé José Monshengwo a célébré, cet après midi dans l'église St André de Gérouville la messe pour le repos de l’âme de sa sœur Thérèse Monkango décédée à Inongo il y a douze jours, le 4 Février dernier! Il a été entouré, à l’autel, des abbés Albert Kenkfuni, Muyembe et Léonard Mbokonso. 
Ce dernier a proclamé l’homélie et l'abbé Albert a tenu l’homélie.
 C'était en présence de ses paroissiens, des amis et connaissances venus lui apporter leur soutien.
Une célébration mise sous le signe de l’amour car ya Thérèse a su en vivre et le traduire de mille façons.  Elle a vécu ce chemin de l’amour d’une façon simple et continue. 
Sa famille et plusieurs autre qui la connaissent ont été des témoins privilégiés de son attachement, de ses attentions et de son affection. Toujours à l’écoute des autres, elle était toujours prête à se mettre à "genoux" et à "laver les pieds" de ses frères et sœurs.
 L 'Eglise affirme: « la célébration de la messe pour le repos de l'âme d'un défunt que l'on a connu sur cette terre est la manière chrétienne de se souvenir et de prolonger, dans le Seigneur, la communion avec eux qui ont franchi le seuil de la mort ».
Qu'elle nous obtienne  auprès du Seigneur la force d'aimer et la joie de vivre dans  l'humilité.
Opema na boboto ya Thérèse!

jeudi 15 février 2018

Le cri de cœur d'un évêque : lettre de carême de Mgr Philippe Nkiere

Aux Frères  et Sœurs du Diocèse d’Inongo 
et aux Personnes de Bonne Volonté
****************
« Tu as vu bien des choses, sans y faire attention » (Is 42, 20)
« Tu nous as donné un pays merveilleux et riche, pourquoi alors cette misère qui nous colle à la peau ? » (Chant de demande de la paix)


Frères et sœurs bien aimés,
Que le Seigneur Jésus vous accorde sa paix et vous fasse don de sa fraternité ! Que vous viviez tous les jours dans la joie de sa compagnie.
Après une absence de plus de six mois, je viens de rentrer chez nous à Inongo. Je remercie le Seigneur et chacun (e) de vous pour ma guérison. Je m’empresse de vous souhaiter une heureuse et féconde nouvelle année 2018.
Chers frères et sœurs,
Le carême est là : temps favorable pour revenir au Seigneur à travers une réelle repentance. Temps favorable pour vivre la justice sociale à travers le jeûne tel que nous dit le prophète Isaïe (58,6 – 7). Je vous écris aujourd’hui pour vous inviter à un engagement spécial pour notre pays, la R.D Congo. Nous traversons, en ce moment, l’une des crises les plus complexes de notre histoire. Le Seigneur nous y adresse un message de vie. Ecoutons-Le avec tout notre cœur et mettons en pratique sa parole. Alors notre pays pourra véritablement vivre, sortir des ténèbres et des situations opprimantes qui nous enveloppent.  Alors nous cesserons  d’une part de prendre cette situation à la légère, comme des gens qui « s’amusent » avec la Vie ; comme des gens qui se complaisent dans l’oppression de leurs frères et sœurs humains ! Alors nous cesserons d’autre part de nous lamenter sans cesse au lieu de nous engager, de briser nos peurs paralysantes et de poser des actions concrètes et incisives pour un vrai changement dans notre pays.
Frères et sœurs,
« Notre Dieu nous a donné un pays merveilleux et riche, Pourquoi alors cette misère qui nous colle à la peau » ? Cette misère ne vient donc pas de Dieu. Elle vient en grande partie de nous-mêmes !
Nous souffrons aujourd’hui parce que nous nous sommes éloignés de Dieu, du Dieu vivant et véritable. Même si dans notre pays, nous prions beaucoup, nous chantons les louanges de Dieu, nous prêchons la parole de Dieu et nous l’écoutons, nous devons avouer que pour plusieurs parmi nous, le reproche du Prophète Isaïe est de toute vérité : « Ce peuple ne s’approche de moi qu’en paroles, ses lèvres seules me rendent gloire, mais son cœur est loin de moi … » (Is 29, 13)  On invoque Dieu pour obtenir  des bienfaits, on Le supplie pour nous épargner des maux de la vie, mais ce Dieu n’est souvent pas, dans la pratique, le véritable Roc de notre vie, le Vivant sur qui notre existence trouve sa solidité, son sens et sa finalité. En des moments critiques, l’Argent et les « relations » - pour ne pas parler des « puissances occultes » - viennent au premier plan !…
Nous souffrons aujourd’hui parce que pour la plupart d’entre nous la corruption fait désormais partie intégrante de notre vie. Avec l’argent, tu peux tout : tu peux gagner un procès ; tu peux t’acheter un diplôme ; tu peux gagner un poste vacant du travail sans avoir réussi au test ! Et que dire du tribalisme ? Les vielles querelles tribales des temps immémoriaux rebondissent : « tu es de quelle tribu ? » Quel lien y a-t-il entre toi et moi, toi qui es un « étranger » ?
Nous souffrons aujourd’hui parce qu’à tous les niveaux, il y a un mépris du plus faible. Bien sûr nous nous appelons parfois « frères et sœurs », « compatriotes »… Des titres qui résonnent faux, quand en réalité nous n’accordons pas à l’autre la dignité et le respect que mérite tout être humain. Une fille rejetée des siens répétait toujours à qui voulait l’entendre : « ngai mpe nazali moto » (moi aussi je suis un être humain) !
Nous souffrons aujourd’hui parce que nous manquons de vérité dans notre propre vie personnelle. Le manque de droiture nous affecte tous : nos chefs, « les hommes de Dieu », nous-mêmes, « peuple »… Nous nous cachons parfois sous la peau de « moutons », alors qu’au-dedans nous sommes des « léopards » pour les autres ! Pour plusieurs parmi nous, mentir ou voler n’est plus un péché, un mal…, sauf si l’on tombe dans le piège !... Les souffrances des autres (surtout des plus démunis) ne nous concernent pas. Nous vivons, nous aussi, la fameuse « mondialisation  de l’indifférence » dont parle le Pape François. La sécurité des personnes et de leurs biens n’est plus une affaire de l’Etat, mais une affaire de l’individu… Bref, nous quittons de plus en plus notre style d’héritage africain de vie communautaire pour un individualisme outré qui nous rend étrangers à notre propre culture si riche en ce domaine.
Chers frères et sœurs,
Nous portons, tous et personnellement, la responsabilité réelle de notre misère multiforme d’aujourd’hui, chacun (e) selon son appel et sa mission. Notre Dieu cependant ne nous abandonne jamais : il est présent et agissant au cœur même de cette situation confuse pour nous aider à nous libérer. « Oui, éternel est son amour.. » (Ps 135) Oui, « sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent » (Lc 1, 50).
A travers le don de la terre merveilleuse et riche qu’est notre pays, la RD Congo, notre Dieu s’est engagé vis-à-vis de nous. C’est une marque de confiance qu’Il nous fait. Mais à travers le « système de Caïn », certains parmi nous, les plus malins et les plus violents, se sont emparés des biens destinés à tous pour réserver à la masse des miettes, au grand dam de la démocratie. Voilà le péché qui affecte aujourd’hui, chez nous, le projet de Dieu et abîme nos relations de convivance fraternelle et celles avec toutes les autres créatures.
Frères et sœurs bien-aimés,
Pour nous, disciples de Jésus Christ, le Carême est le moment favorable, le jour du salut (2Cor 6, 2). Le Seigneur nous indique clairement le chemin à suivre dans notre situation actuelle. C’est le chemin que Lui-même a suivi tout au long de sa vie jusqu’à sa mort et… sa résurrection.
Durant toute sa vie en effet, Jésus s’est engagé à réaliser le projet de Vie (projet créateur) du Père sur les humains et sur l’univers : « je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance » (Jn 10,10). Au nom du Dieu Vivant (qui est la Vie et donne la vie), Jésus a lutté pour promouvoir la vie chez tous les humains et dans la création, mais de façon prioritaire auprès de ceux dont la vie était amoindrie ou méconnue : les aveugles, les rejetés de tout genre, les pécheurs ! Même le jour de sabbat, Il continue son combat pour la Vie contre des maladies, contre tout asservissement (Mc 6, 1- 6). Et sur ce point, Il est intransigeant : il n’a pas peur, il ne recule pas. Il a accepté de se laisser  arrêter et entraîner à la mort. Et quelle mort ! La mort de la croix, la mort réservée aux esclaves et aux grands assassins ! Il l’a fait par amour : amour d’obéissance au Père et amour de donation de Lui-même à nous ses frères et sœurs humains.
Par amour également - amour miséricordieux -, Il prie le Père pour ses assassins : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23, 34).
Frères et sœurs bien-aimés,
Jésus-Christ, vainqueur de la mort nous a communiqué son Souffle de vie (l’Esprit-Saint) –Jn 20, 22. Que ce même souffle de vie nous conduise aujourd’hui dans la situation désastreuse que nous traversons. Qu’Il nous délivre de la peur, de l’endurcissement de cœurs, de la légèreté de vie, de la paresse et du « système de Caïn »« Les yeux fixés sur Jésus Christ, entrons dans le combat de Dieu » (invitatoire/Laudes-Carême). Entrons dans le combat de Dieu afin que tous et tout soient sauvés, libérés, nous les humains et tout notre environnement ! Alors nous pourrons véritablement célébrer la Fête de Pâques comme passage de tous les humains et toute la création de la servitude à la vraie liberté des enfants de Dieu qui trouvent de nouveaux chemins… (Laudato si’ n°245).
Je vous souhaite un fécond temps de Carême. Que Dieu bénisse et ressuscite notre pays.

   Fait à Inongo, le 07/02/2018

+  Philippe NKIERE KENA

Assemblée plénière extraordinaire de la CENCO

Le saint Sacrement exposé dans toutes nos paroisses
*******************************

Comme recommandé par son Exc. Mgr l’évêque, à partir d’aujourd’hui jusque samedi le 17, le saint Sacrement est exposé durant toute la journée dans nos paroisses pour la réussite de l’Assemblée plénière extraordinaire de la conférence épiscopale nationale du Congo qui se tient à Kinshasa.
Une précédente Assemblée plénière extraordinaire s’était tenue du 22 au 24 novembre 2017. Les évêques avaient  alors publié le 24 novembre un message intitulé «Le peuple congolais crie sa souffrance (cf. Exode 3,7) Allons vite aux élections .
Le peuple crie sa souffrance.
Trop, c'est trop.
Le pays va très mal !

mercredi 14 février 2018

Eleko ya Karezimo

Mokolo mwa mputulu
***************
Bandeko, lelo tobandi eleko ya Karezimo. Tokozwa elembo ya mputulu mpo ya kolakisa 'te toboyi masumu. Tolingi mpe kolakisa Nzambe 'te toyoki motema mawa mpo ya mabe tosali.
Nzembo: Masumu ma ngai olimbisa , yo Nzambe nta bolamu

Tosambela:
E Mokonzi, osalisa biso  tosantisa mokolo mwa lelo, tobanda eleko ya Karezimo malamu. Tolendisa mitema na bomipimi biloko mpo tokoka kobunda etumba na mabe manso.

Litangi lya Yambo: Liloba lya Nzambe lokola profeta Joel akomi (2, 12-13.16-18)
Litangi lya Ibale: Mokanda mwa santu Polo ona bakristu ba Korinti (5,20-6,2)
Nsango elamu lokola santu Mateo akomi (6,1-6.16.18)

Bobenisi Mputulu
Mokonzi Nzambe wa biso, okolimbisaka bato bakomikitisa o miso ma yo mpe bandimi kobongisa mabe basali. Ondima losambo la biso: benisa + basaleli ba yo bakozwa mputulu lelo, mpo 'te batosa mibeko mya Karezimo, bongo mitema mya bango mipetwama; bakoka kosepela Eyenga ya Pasika, mokolo tokokundola nsekwa ya Mwana wa Yo, azali na nkembo elongo na Yo mpe na Elimo santu o bileko binso seko.

Bopakoli mputulu:
- Bongola motema mpe ndima Nsango Elamu ya Kristu
To:
- Ndeko, kanisa 'te ozali mabele mpe okozonga o mabele

Eleko elamu ya Karezimo na bino banso

mardi 13 février 2018

Retour de la délégation : Kutu- Bokoro


Les 3 évêques  qui étaient avec lui à Kutu et une suite de la délégation. L’abbé Donat leur explique  la beauté de la nature…. ! Ce tronçon, il la fait depuis son jeune âge comme élève au Petit Séminaire de Bokoro.   Une fois à Bokoro, ils ont été accueillis par le défilé des élèves, avant de prendre le vol retour pour Kinshasa.
Kutu- Bokoro!

lundi 12 février 2018

L'abbé Donat Nshole a célébré son jubilé d'argent de sacerdoce à Kutu

Après Kinshasa, l'abbé Donatien Nshole a célébré hier à Kutu la messe d'action de grâce pour ses 25 ans de sacerdoce. Accompagné de Mgr Moko, évêque d'Idiofa, de Mgr Félicien Mwanama, Evêque de Luiza et de Mgr Emery Kibal, évêque de Kole,
 il a été entouré d'une cinquantaine de prêtres venus de quatre coins du diocèse. Après la messe, les invités ont pris part au repas organisé par la paroisse et dans les après midi, plusieurs groupes folkloriques ont agrémenté la fête . 


















Longonya mpe koba kosalela Nzambe na esengo !

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967) dcd 18.08.16

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005) dcd 19.11.17